Mission - Biova

Rachetée en 2015 notre société a plus de 15 ans d’expérience dans le domaine de la santé des végétaux et de l’environnement. Forte de cette expérience sur les végétaux et le traitement des dangers sanitaires y afférant, BIOVA (ex FREDON ENGINEERING) a développé

  • Une expertise de CONSEIL et FORMATION en
    • Santé du végétal
    • Réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires sur tout milieu (voirie, espaces verts, cimetières, terrains de sport...).
  • Une expertise en matière d’analyse de laboratoire
    • Sanitaire des végétaux (cultures ornementales, grandes cultures, cultures maraichères, viticulture et arboriculture fruitière)
    • De la qualité du sol

Les normes qualité permettent de garantir une qualité de service à destination de nos clients et partenaires.

iso 9001                              La société BIOVA est certifiée selon le référentiel ISO 9001 version 2008. L’objectif de cette démarche est de satisfaire nos clients et de mesurer leur satisfaction.

 

BIOVA est certifiée pour la distribution et le conseil des produits phytosanitaires, dont notamment les méthodes alternatives qui portent un numéro d’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché).

 

essais                              Le laboratoire de BIOVA est accrédité selon la norme internationale ISO CEI 17025 pour les analyses en mycologie végétale sous le N° d'accréditation 1-6008 (portée d'accréditation disponible sur www.cofrac.fr).

 

datadock             BIOVA est référencé sur Datadock (outils de référencements des financeurs de formation professionnelle).

En effet la loi du 5 mars 2014 (décret n°2015-790 du 30 juin 2015) confie à tous les financeurs de la formation professionnelles la responsabilité du suivi et du contrôle de la qualité des organismes de formation avec lesquels ils travaillent, pour améliorer la transparence de l’offre de formation et favoriser une montée en charge progressive de la qualité des actions de formation.

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est un concept auquel nous sommes profondément attachés à BIOVA, nous considérons nos actions comme notre contribution aux enjeux du développement durable.

Notre entreprise intègre tout à la fois les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans ses activités et dans nos interactions avec nos parties prenantes.

Cette Responsabilité s’articule pour nous autour de grands axes au nombre de 3

  • Les enjeux économiques dont les achats responsables
  • Les enjeux sociaux
  • Les enjeux environnementaux

Les enjeux économiques de notre entreprise s’articulent autour de 4 grands principes

  • Des pratiques commerciales éthiques
  • Une stratégie managériale participative
  • Une relation client fournisseur équilibrée
  • Le capital immatériel de notre entreprise

 

1. Pratiques commerciales éthiques

Parlons dans un premier temps Pratiques commerciales éthiques. Nous favorisons la transparence et le dialogue auprès de nos clients, nos fournisseurs, nos actionnaires, nos banques, nos assureurs, mais aussi les pouvoirs publics, les collectivités, les associations et le grand public…

Quelques exemples de nos pratiques

  • Chaque année nous organisons une réunion avec nos clients « analyses semences » de notre laboratoire. Cette réunion leur permet de mieux nous connaître et surtout de nous faire partager les enjeux de l’année, leurs remarques sur les évolutions qu’ils souhaiteraient voir apparaître dans notre service. C’est ainsi que fut mis en ligne en 2015 la mise à disposition sécurisée du suivi de l’échantillon dans la chaîne d’analyse ainsi que les résultats d’analyse.
  • Afin de faciliter le dialogue avec nos clients collectivités et plus particulièrement avec les agents techniques, nous travaillons de façon interactive avec eux. Nous connectons un vidéoprojecteur à nos tablette support des cartographies et lors des audits de terrains, l’agent nous montre sur l’écran les lieux bénéficiant de telle ou telle pratique et il voit et valide en simultanée les enregistrements réalisés sur notre base de données. L’agent de la collectivité est alors partie prenante et réellement acteur de la démarche zéro phyto engagée par la commune.

 

 2. Une stratégie managériale participative

Afin d’assurer la pérennité et le développement de l'entreprise nous avons développé l’écoute attentive tant au niveau des clients qu’au niveau de nos salariés afin de garantir, pour tous, la pérennité de l'activité sur le moyen et long terme.

Cette écoute active se traduit en interne par

  • La participation active du personnel au choix des valeurs de notre entreprise. Elles sont au nombre de quatre et se définissent ainsi
    • Professionnalisme: nous mettons au service de nos collègues, de nos clients et de la société notre qualité de travail, notre expérience et nos innovations.
    • Ethique: nous nous engageons dans le respect de l’homme, de la société et de son environnement.
    • Savoir: Notre capital connaissance, nous l’enrichissons tous les jours par le biais de nos plans de formation, notre veille réglementaire, notre besoin intrinsèque d’apprendre.
    • Partage: nous mettons à disposition notre expérience, nos savoir-faire, nous intervenons pour des associations, nous mettons de l’information à disposition entre autres par le biais de nos outils Web (site internet, plateforme e-learning, compte facebook…)

 

  • Nos salles partagées d’accueil tant accueil interne qu’externe
    • Salle de formation Charles DARWIN,


      Naturaliste anglais, révolutionne la biologie par ses travaux sur l'évolution des espèces vivantes. Dans les îles Galapagos, en 1835, ses observations l’amènent à élaborer l’ébauche de sa théorie. Il remarque qu’une même espèce retrouvée sur plusieurs îles présente des différences notables.

       En 1859 il publie « L’origine des espèces par la sélection naturelle »




    • Salle de formation Jean-Baptiste de LAMARCK,


      Naturaliste français, réalise au début du XIXème siècle la classification des invertébrés, qui regroupent 80 % des animaux. Pour la première fois, il utilise le terme de biologie pour désigner la science qui étudie les êtres vivants. L’Imprimerie Royale publie sa « Flore française» en 1778. LAMARCK y donne des clefs dichotomiques permettant à chacun d’identifier les plantes. L’ouvrage lui apporte une notoriété et lui vaut d’être élu l’année suivante à l’Académie des sciences.  Progressiste et ami des philosophes des Lumières, il participe à la création du Muséum National d’Histoire Naturelle en 1793

 

3. Relation client fournisseur équilibrée

L’enjeu économique repose aussi sur une relation saine et équilibrée entre l’entreprise, ses clients et ses fournisseurs et sous-traitants. Pour cela

  • Nous nous assurons de la pertinence de la programmation des commandes par la fourniture de planning mis à jour régulièrement
  • Nous nous assurons de l’aspect novateur et la qualité des biens et services que nous proposons et qui nous sont proposés et anticipons les évolutions de notre activité et les évolutions technologiques qui pourraient y être associées
  • Nous avons des délais de paiement raisonnables et conformes avec la loi sur la modernisation de l'économie (LME)
  • Dans la mesure du possible nous nous assurons d’un approvisionnement local
  • Notre certification ISO 9001 nous accompagne dans les échanges entre clients et fournisseurs
  • Nous engageons des partenariats et valorisons nos partenaires

 

4. Capital immatériel 

Un certain nombre de facteurs n'apparaissent pas au bilan comptable : c'est le cas notamment de la compétence et de la motivation des collaborateurs, de la fiabilité des clients, des partenaires et du système d'information, et de l'attitude des actionnaires.

Ce capital immatériel est difficilement évaluable de façon chiffrée mais reste la source même de la qualité d’une entreprise.

1. Air, transport et climat

Afin de réduire nos émissions de GES nous avons acquis des véhicules équipés de l’option Eco qui permet de réguler les émissions.

Nos actions auprès de nos clients, lorsqu’elles nécessitent des déplacements sont groupées afin de limiter les transferts. Les salariés de BIOVA sont alors amenés à dormir sur place afin de limiter et le transfert et la fatigue.

 

2. Déchets

Peu de déchets sont émis par le service conseil, en revanche le laboratoire d’analyse est à l’origine de déchets de par les réactifs utilisés pour les analyses ou encore par le matériel végétal qui arrive traité avec des produits phytosanitaires qu’il faut éliminer.

Deux axes forts concernent ce dossier,

  • L’élimination des déchets des méthodes d’analyses existantes,
    • Dans le cadre de son accréditation ISO CEI 17025 notre laboratoire fait appel à un spécialiste de la gestion des déchets afin d’éliminer par voie sécurisée les déchets issus des analyses sanitaires
  • Le développement de nouvelles analyses générant pas ou peu de déchets
    • Ainsi notre laboratoire met en place une nouvelle technique d’analyse limitant l’utilisation de produits chimiques
    • L’utilisation de matériel à base de verre en limitant l’usage unique

 

3. Energie et recyclage

Au-delà des actions classiques de recyclage du papier, du carton, des cartouches d’encre, nous nous engageons sur des actions qui pour certaines ont un poids économique mais qui restent dans l’esprit de notre entreprise. Ainsi nous

  • Achetons du papier recyclé qui est utilisé par tous les collaborateurs
  • Achetons du matériel informatique dit « reconditionné » qui répond parfaitement à certains de nos usages,
  • Avons aménagé la salle Darwin en recyclant des paillasses de laboratoire

 

On dit souvent que l’entreprise joue un rôle social de premier ordre vis-à-vis de ses salariés et vis-à-vis de la société dans son ensemble. Cela se traduit en actions par

1. Respect des droits humains des Relations et des conditions de travail

Une des actions est de favoriser les relations et les ambiances sereines au travail.

La mise en place d’un espace partagé « Jean MERCH » à destination de nos salariés et de nos partenaires favorise les relations. Cet espace se décline de la façon suivante:

Jean MERSCH fonde en 1936 le CJP (Centre des Jeunes Patrons) qui devient le CJD (Centre des Jeunes Dirigeants) en 1968. Trois priorités sont à la base du CJP puis du CJD:

  • Etre force de proposition
  • Former les jeunes patrons
  • Replacer l'homme au centre de l'entreprise

 

Le CJD de Jean MERSCH c’est 4 valeurs (loyauté, responsabilité, respect de la personne, solidarité) et 5 piliers (expérimenter, se former, réfléchir, influencer, pérenniser). Anne MESAS PDG de BIOVA est membre du CJD depuis 2007. Les valeurs d’entreprise au service de l’homme portées par Olivier de PEMBROKE son nouveau Président national

 

2. Dialogue et motivation des salariés

La volonté de fédérer et d'ouvrir le dialogue avec les salariés permet de briser l’étiquette du « chef » et d’appliquer la doctrine de Jean Mersch « Être chef, c'est commander, mais c'est d'abord servir ».

Cette position affichée de manière claire au sein de BIOVA indique à tous et en particulier aux salariés que l’organisation telle qu’elle est constituée n’est là qu’au service de l’homme, de chacun des acteurs de la société et au service du client.

boutique2